Vous me direz qu'il faut être un peu masochiste pour regarder un docu entièrement consacré à Sarkozy. Je reconnais qu'il y a sans doute de meilleures façons de passer la soirée, mais franchement, Joséphine ange gardien, très peu pour moi.

Et puis le président ayant annoncé qu'il n'y aurait pas d'interview du 14 juillet, je me suis dit qu'il allait peut-être profiter de l'occasion pour dire des choses. Et je me suis donc tapé "A visage découvert" sur France 5.

pravda5

Mais j'avoue avoir vite déchanté. Car j'avais oublié une chose fondamentale : les journalistes politiques français sont trop bien élevés pour se permettre de poser des questions déplacées au président de la république.  Sauf si on considère que « D'où vous vient cette énergie permanente ? » est une question coup de poing.

Un exemple intéressant : l'émission s'intéressant surtout à la politique étrangère de la France, il était inévitable qu'elle aborde le changement de cap radical entre Sarkozy, le candidat droit-de-l'hommiste, et Sarkozy le président pote avec la Lybie, la Syrie et la Chine (pour résumé, voyez cet ancien billet).

Alors oui, l'émission a bien abordé la question. Mais pas avec Sarkozy. Non. Les journalistes Christian Malard et Bernard Vaillot se sont par contre donné beaucoup de mal pour nous expliquer que la politique menée par notre président était la seule possible. Et sur la suppression du secrétariat aux droits de l'homme de Rama Yade ? Rien. Pour tout dire, son nom n'a même pas été prononcé (pas plus que celui de son ministre de tutelle, Bernard Kouchner inventeur du devoir d'ingérence dans une autre vie. Notons au passage que faire toute une émission sur la politique internationale de la France sans parler du ministre des affaires étrangères, ça relève quand même de l'exploit).

Chaîne de la connaissance, France 5 a fait preuve avec ce film d'une louable volonté pédagogique, puisque nos deux journalistes se sont également appliqué à nous expliquer pourquoi le retour dans l'OTAN c'est bien, pourquoi la présidence française de l'UE c'est la mieux de toute l'histoire, pourquoi le rapprochement avec les USA c'est bien, pourquoi l'Union pour la Méditerranée c'est bien, bref, pourquoi tout ce que fait notre président, c'est bien. Et même qu'en plus, c'est un gars formidable. La preuve, Tony Blair, Gordon Brown, Angela Merkel, Henri Guaino et Claude Guéant ne cessent de nous le répéter.

Seul bémol, un journaliste britannique a réussi à glisser que malgré l'énergie déployée par notre leader sur le conflit géorgien, la situation là-bas était toujours aussi tendue. Je ne m'explique comment ce monsieur a pu se faufiler entre les ciseaux du monteur, mais rassurez-vous, ce bémol n'est pas parvenu aux oreilles du président car MM Malard et Vaillot se sont bien gardés d'aborder ce sujet.

Un documentaire édifiant, donc. Mais ça ne s'arrête pas là. Bien décidé à continuer sa politique de rupture, le président veut dépoussiérer cette vieille tradition qu'est le 14 Juillet pour la transformer en Jour du Président. Ainsi, après l'hagiographie du Président Diplomate diffusée sur Pravda 5 hier soir, Pravda 2 rendra hommage au Président Chef des armées ce soir. Il sera en effet interviewé par nul autre que Michel Drucker, grand spécialiste du cirage du pompe s'il en est.

pravda2

Pas en reste, la télévision privée a obtenu l'immense privilège d'être reçue au Palais par la Mère de la nation en personne, qui leur a même fait l'honneur de leur ouvrir son bureau (oui, Carla a  un bureau à l'Elysée. Ce qu'elle y fout, ça, je saurais pas vous dire. D'après ce que j'ai compris du reportage de TF1, elle a un gros téléphone pour pouvoir discuter avec son mari).

Heureusement, pour ceux qui souhaitent se changer les idées, le ministère de la culture nous offre un beau cadeau : le concert au Champ de Mars d'un vieil ami du président, le résident suisse Johnny Hallyday.


nng_images