Ça y est – Dieu ait pitié de nous – la campagne officielle a commencé. Après des mois de démagogie et de promesses en l'air, on va devoir, en plus, se taper les clips officiels. Et je vous préviens, ils sont encore bien choucards. C'est comme les chansons de campagne, pourquoi ça doit toujours être ringard ?


Ici, à F&C, vous le savez, notre plus cher désir est de servir notre pays. Alors, au lieu de rester devant sa télé à se lamenter du niveau de la campagne, on se retrousse les manches et on n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis. Voilà donc, pour chaque candidat (égalité du temps de parole oblige) la chanson, le clip, qu'il aurait fallu choisir pour mobiliser les foules. On commence par la droite, et on finit sur Mars.

 

1. Marine Le Pen

Depuis qu'elle a pris le parti, elle y croit. Elle le sait, son destin c'est de gouverner la France, et pas simplement de faire chier le monde comme son papa. Et ça marche plutôt pas mal, elle semble avoir réussi à transformer l'amicale pétainiste du paternel en véritable parti de gouvernement (ok, elle a bien été aidé par un certain président sortant, mais quand même). Après tout, il faut voir plus loin que la présidentielle : d'une façon ou d'une autre, la droite de l'après 6 mai se recomposera autour d'elle. Voilà donc le chant mobilisateur que Marine Le Pen devrait jouer à chacun de ses meetings :


Le roi lion - Soyez prêtes


2. Nicolas Dupont-Aignan

Mais si enfin vous savez, Nicolas Dupont-Aignan. Non ? Comment, « non » ? Mais si, c'est le mec qui passe à la télé des fois. Quoi, « qui » ? Bin Nicolas Dupont-Aignan bien sûr ! Il a des chemises bleues, on dirait un gars de l'UMP mais en fait pas du tout, rien à voir, lui il est... enfin, il défend un programme plus... Bon, bin voilà, c'est Nicolas Dupont-Aignan, quoi.


3. Nicolas Sarkozy

Vous vous souvenez de ce billet ? Et bien croyez-moi, croyez-moi pas, le même président, trois ans après, abandonnait Ben Ali et bombardait Kadhafi. Là, je prends l'exemple de la politique étrangère, mais ça marche dans plein d'autres domaines : libéral le lundi, il est interventionniste le mardi ; le mercredi il fustige le modèle social français, le jeudi il nous explique que c'est ce qui nous a protégé de la crise. Un jour il vante les louanges du modèle anglais, le lendemain c'est le modèle allemand qui est à l'honneur. Pendant un an il nous explique que la perte du triple A, ce serait la fin du monde, et puis en fait non. Il fait le Grenelle de l'environnement en 2007 et déclare en 2010 au salon de l'agriculture que « ces questions d’environnement [...] ça commence à bien faire ». En bref, quel autre hymne pourrait mieux convenir à notre bien aimé président-candidat ?


4. François Bayrou

Je voulais éviter le billet partisan, mais le cas de François Bayrou me fout la larme à l'œil, c'est plus fort que moi. Ayons donc une pensée émue pour François, qui pourra toujours se consoler en écoutant cette chanson que Gérard Manset a sans doute écrite pour lui :


5. François Hollande

Notre futur président de la République est réputé dans les milieux autorisés pour son humour ravageur. Malheureusement, pour les milieux non-autorisés, il est surtout connu pour avoir tenu le PS pendant 11 ans en évitant soigneusement de donner une ligne claire au parti. Depuis qu'il s'est lancé dans la présidentielle, il a voulu changer d'image en se présentant comme le candidat sérieux, rompant avec la démagogie traditionnelle de la gauche etc. Pour aussitôt s'empresser de rassurer son électorat en promettant 60 000 postes dans l'Éducation Nationale. Faut bien parler à sa base. François Hollande réussit le tour de force d'être en campagne depuis un an et d'être toujours aussi flou. Du coup, sa chanson de campagne est toute trouvée :


6. Eva Joly

Ah Eva... Quand on t'écoute, c'est les années 60 qui chantent à nos oreilles. Franchement, faire campagne sur la suppression du défilé du 14 juillet, ou la légalisation du cannabis, c'était osé. Et ça nous ramène au bon temps d'avant les centrales, d'avant le périph', où on pouvait faire l'amour dans des champs de tournesols. Fais tourner, Eva, fais tourner.


7. Jean-Luc Mélenchon

L'avantage quand on est sûr de pas être élu, c'est qu'on peut promettre n'importe quoi. Le FN l'a bien compris, qui propose de supprimer purement et simplement l'immigration. Côté Mélenchon, on s'engage sur d'autres types de promesses comme la retraite à 40 ans, le SMIC à 1700 € ou la semaine de 10 heures (une seule de ces propositions est effectivement dans le programme de Mélenchon, sauras-tu la reconnaître ?). Faire rêver, ça coûte pas cher, ça fait plaisir au peuple et ça donne des points dans les sondages, alors pourquoi se priver ? Et puis quand on est pas élu, on peut pas décevoir : c'est pratique. Alors, allons-y, vibrons tous ensemble, levons le poing, brandissons des drapeaux de l'URSS dans les meetings, et vendons au peuple le Grand Soir. Bien sûr, personne n'y croit mais c'est pas désagréable à écouter. Un peu comme quand Goldman nous refait l'Internationale façon variétoche :


Jean Jacques Goldman - Rouge

 

8 et 9. Philippe Poutou et Nathalie Artaud :

Ils sont deux, mais on a envie de leur dire de fusionner, parce que franchement, on arrive pas à faire la différence. Et puis qui sait, à deux, ils arriveraient peut-être à 1%. Blague à part, ça doit pas être facile de succéder à, respectivement, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Alors oui, ils font un peu pitié, c'est sûr, mais comme le disait France Gall :


France Gall - Résiste

 

10. Jacques Cheminade

Comme on ne sait pas où le mettre, lui et ses 0%, on se l'est gardé pour la fin. Qui est vraiment Jacques Cheminade ? D'où vient-il ? Que nous veut-il ? Mystère. Tout ce que l'on sait c'est qu'il veut coloniser Mars, et qu'il pense qu'Elisabeth II est à la tête d'un complot mondial qui a déclenché (entre autres) la crise de 2008 et Fukushima. D'emblée, la seule chanson de campagne qui vienne à l'esprit c'est :


DAVID BOWIE - STARMAN - LIVE SHOW 72 HQ

 

Mais qui pourrait résister longtemps à ce slogan évident : « Chem-Cheminade » ?