Enfin, non, pas pour vous. Mais pour les gens qui avant la crise étaient très très riches, et qui à cause de la crise se sont retrouvés simplement très riches, les affaires reprennent.

Mais là, il fait trop chaud pour que je vous fasse un long billet sur la BNP et  son milliard d'euros mis de côté pour les bonus de ses traders (je remarque d'ailleurs que la France fera toujours petit joueur à côté des USA, où Goldman Sachs a quant à elle mis de côté 11 milliards de dollars, et s'est même offert le luxe de rembourser les 10 milliards d'aide gouvernementale).

A la place, je vous propose une délicieuse chanson des Beatles, à laquelle j'ai tout de suite pensé en entendant parler de ces histoires de bonus.

A méditer en attendant la prochaine crise.